CHRISTIE, Agatha/ Mr. Brown

Le Livre de poche, 2012 trad. de l'anglais
par Juliette Pary

Mr Brown est la première aventure de Tommy et Tuppence Beresford. Les dialogues d’ouverture du roman sont savoureux :

- Tommy, mon petit vieux ! 

- Tuppence, ma vieille branche !

Le ton est donné. Ils s’annoncent comme de Jeunes aventuriers acceptant n’importe quelle tâche ! La seule chose que Tuppence a à faire est d’aller en voyage toutes dépenses payées à Paris et de se faire passer pour une Américaine nommée Jane Finn. Bien entendu, tout ne tournera pas comme prévu et les deux copains se retrouveront pris dans une histoire de secret politique de haute voltige où leurs vies vont être menacées. Bref, du bon Agatha Christie !

 

DAENINCKX, Didier/La mort n’oublie personne

Denoël, 1989

L’histoire de Ricouart est scandaleusement exemplaire : jeune résistant, dans un paysage du Nord sillonné de canaux, alors qu’il travaillait à la réparation des wagons de chemin de fer, il participe à deux actions de résistance qui tournent mal, la dernière entraînant sa capture et sa déportation. Libéré par les Russes en avril 1945, il ne rentre pourtant en France qu’en février 1946, après avoir soigné sa tuberculose. Et le voilà aussitôt inculpé de complicité de meurtre par un juge d’instruction qui officiait déjà sous Pétain. Il sera condamné à sept ans de prison. Année 1963 : le fils de Ricouart, Lucien est traité de « fils d’assassin » par les élèves du lycée qu’il fréquente, ce qu’il ne supportera pas. Vingt-cinq ans plus tard un ami de Lucien, journaliste enquête sur la vie de Jean Ricouart… Sans être un roman historique à proprement parler, c’est un récit très bien documenté et sous la plume de Daeninckx on sent bien le besoin de justice, de droiture et d’honnêteté comme valeurs essentielles d’une vie.

 La particularité de Daeninckx est qu’il écrit des romans policiers se situant à une époque donnée en rebondissant dans une autre ayant un lien avec l'Histoire.

Meurtres pour mémoire

Gallimard (Folio), 1998 1ère éd. 1983

 

Paris, octobre 1961 : à Richelieu-Drouot, la police s’oppose à des Algériens en colère. Thiraud, un petit prof d’histoire, a le tort de passer trop près de la manifestation qui fit des centaines de victimes. Cette mort ne serait jamais sortie de l’ombre si, vingt ans plus tard, un second Thiraud, le fils, ne s’était fait truffer de plomb, à Toulouse. Ce roman dénonce, bien avant le procès Papon, la dérive sanglante de la manifestation FLN du 17 octobre 1961.