SALMA, Sergio/ Nathalie T. 1 Mon premier tour du monde

Casterman, 1992
Série en cours

 Nathalie est une petite fille de sept ans qui n’a peur de rien. Elle rêve de conquérir le monde dans des voyages extraordinaires et aventureux ! Elle à l’imagination fertile en matière de distractions et fait souvent participer son petit frère (il n’a pas un an !) à ses exploits et celui-ci se trouve parfois dans des situations périlleuses ! Et puis, il y a Tonton qui est au chômage et qui habite la maison mais peut-on compter sur lui pour garder les enfants ? Pas sûr ! Le père toujours pressé, stressé et la mère dépressive. Oh là là quelle famille, mais on ne s’ennuie pas une seconde tellement c’est drôle et on court de gags en gags ! À partir de 7 ans !

Le n° 20 de la série : Miss monde est paru en 2011

Marcinelle 1956

Casterman, 2012

 Marcinelle, 8 août 1956. Au charbonnage du Bois du Cazier, un wagonnet mal encagé et un malentendu entre le fond et la surface vont causer la mort de 262 hommes. Sergio Salma leur rend ici hommage, en retraçant le parcours de Pietro Bellofiore, jeune mineur fraîchement débarqué d’Italie, durant les 7 mois qui précédent la catastrophe. Entre église et famille, labeur harassant et moments de grâce arrachés au quotidien (la première Vespa !), Pietro fait une rencontre qui va le pousser hors des rails. Au point d’échapper à son destin ? Le dessin en noir et blanc renforce l’intensité de cette catastrophe. Sergio Salma est aussi le père de Nathalie, série destinée à la jeunesse.

SATRAPI, Marjane/Persepolis

L’Association, 2000-2003 recueil des 4 volumes

 La petite Marjane est née en Iran, en 1970. Elle a connu le régime du Chah, puis la révolution islamique. Mais les répressions politiques, culturelles et religieuses sont bien plus qu’elle ne peut en supporter, elle qui a été élevée dans un environnement ouvert, aisé et cultivé. Rapidement, elle se prend donc le bec avec ses professeurs, qui ne savent que faire de cette enfant turbulente et qui refuse de se soumettre aux règles vestimentaires de l’école. Et puis il y a sa famille, ses oncles, qui ont été emprisonnés sous le régime du Chah, mais qui restent en prison sous celui des religieux. Ses parents, qui ne peuvent plus prendre le risque de laisser leur fille clamer haut et fort sa révolte, décident donc de l’envoyer chez des amis, en Autriche…

 Marjane Satrapi est un cas unique dans le monde de la bande dessinée francophone. Elle est tout d’abord la première auteure de BD d’origine iranienne. Elle fait aussi partie des auteurs qui ont imposé de manière frontale la mode de l’autobiographie en BD. Son œuvre est un succès de librairie international, salué en France et aux Etats-Unis, mais évidemment conspué par le régime iranien. Accompagnée de Vincent Paronnaud (alias Winschluss), un autre auteur phare de la BD indépendante nouvelle génération, elle a adapté sa propre série en un film d’animation, présenté à Cannes, et qui vient d’y remporter le Grand Prix du Jury.

 

SEKSIK, Laurent, SOREL, Guillaume ill./ Les derniers jours de Stefan Zweig

Casterman, 2012

Le 22 février 1942, exilé à Petropolis au Brésil, l’écrivain autrichien Stefan Zweig se suicide au véronal avec son épouse, Lotte. Le désespoir a eu raison du grand humaniste, acteur essentiel de la littérature européenne et témoin majeur de la première partie du XXe siècle. – l’auteur de l’admirable texte Lettre d’une inconnue - Lotte, de trente ans sa cadette, en amoureuse tragique, accompagne Zweig dans le moment ultime. Au cours du récit, l’on apprend que Zweig avait une fascination pour le geste de Kleist (son suicide). Cet ouvrage est émouvant, car on découvre un homme qui s’enfonce dans la dépression et se dirige vers les ténèbres, malgré sa femme Lotte qui était du côté de la vie, malgré sa santé fragile. Cette bande dessinée est magnifiée par le dessin intense de Guillaume Sorel. Laurent Seksik en a personnellement réalisé l’adaptation. 

SILLORAY, Florent/ Le carnet de Roger

Sarbacane, 2011

Le carnet de Roger est tout simplement le carnet de moleskine noir sur lequel le grand-père de l’auteur consignait sa vie durant sa mobilisation et sa captivité dans les camps - 5 longues années – Après le décès de celui-ci, la famille regarde les photos de famille et la grand-mère de l’auteur exhume le fameux carnet et le confie à son petit-fils. Après une lecture très émouvante, Florent Silloray décide de faire des recherches en vue d’en faire un livre. Il part sur les traces de son grand-père, photos et cartes en mains pour retrouver les lieux parcourus par son grand-père, les camps où il était prisonnier. Avec ses illustrations couleur sépia il raconte en images la guerre du grand-père regretté et aimé en incluant des extraits de texte du carnet. Les illustrations en couleur quant à elles relatent le temps présent – ses recherches, son voyage à la recherche des lieux (jusqu’en Prusse orientale)… - Le livre se termine en 1978, Florent le petit-fils se souvient que Roger ne parlait jamais de la guerre, sauf une fois, alors qu’il était en train de se raser « Durant l’hiver 1941, en Allemagne, il gelait si fort qu’il devait tremper sa lame de rasoir dans son café bouillant avant de se raser ». Un livre fort émouvant tant au point de vue des illustrations très réalistes que des textes écrits sur le vif par un homme ayant connu la défaite de 1940, puis la dure vie en stalag avec ses privations de toutes sortes : nourriture, hygiène, condition de logement…Un livre tout à la fois historique et (en) quête familiale, c’est une belle reconnaissance d’affection d’un petit-fils envers son grand-père. 

SPIEGELMAN, Art/ Maus un survivant raconte t.1 Mon père saigne l’histoire

Flammarion, 1987 - 1992 trad. de l’anglais (américain) par Judith Ertel
Ed. intégrale, 1998

Avec Maus, Art Spiegelman entreprend de raconter la vie de son père, Vladek Spiegelman, survivant de la Shoah et des camps nazis et aussi la sienne qui cherche un terrain d’entente avec ce père pas toujours facile et exigeant. Il fait raconter à son père son histoire de survie dans l’histoire terrifiante de la Seconde Guerre mondiale, de la montée du nazisme, du ghetto, des exterminations massives et la survie dans les camps, la libération… D’un premier abord, on pourrait penser que la Shoah et la bande dessinée sont antinomiques. Art Spiegelman nous prouve le contraire. Son récit en bande dessinée est une réussite complète. Dans un premier lieu, il remplace la tête des personnages par des têtes d’animaux : les juifs ont des têtes de souris, les nazis celles de chats. Ce choix de représentation nous donne le recul pour affronter l’effroyable. Le graphisme en noir et blanc souligne bien le caractère dramatique et de désolation. Le récit de Vladek est entrecoupé par l’histoire du père et du fils, de leur relation compliquée, car le fils essaie de survivre au survivant. Vladek sera le seul survivant de toute la famille (avec sa femme Anja), le couple perdra l’ainé, Richieu, 3 ans. Anja, la mère d’Art Spiegelman se suicidera en 1968. Vladek meurt en 1982.

Art Spiegelman est né en 1948 à Stockholm. Figure phare de la bande dessinée underground, rédacteur en chef de la revue Raw, célèbre revue de bande dessinée et de graphisme d’avant-garde, c’est Maus qui le propulse à la notoriété internationale. Cet ouvrage lui vaudra une bourse Guggenheim, une nomination au National Book Circle Award et, en 1992, un prix Pulitzer et le Grand Prix de la ville d’Angoulême en 2011. L'album a été classé en 2012 à la 2e place du classement des 50 BD essentielles établi par le magazine Lire.

 t.2 Et c’est là que mes ennuis ont commencé Flammarion, 1992

TARDI, Jacques/ Le démon des glaces

Casterman, 2001
1ère Ed. 1974

Un fabuleux album de Tardi où le dessin rend hommage à la tradition des grandes gravures fantastiques de la fin du XIXe siècle, type Hetzel. Une aventure de Jérôme Plumier. Océan Arctique où navigue l’Anjou, l’équipage est soudainement confronté à une vision incroyable : un navire est juché sur le sommet d’un iceberg ! Le capitaine décide de lancer un canot à la mer et de faire l’ascension de l’iceberg pour atteindre l’épave… L’aventure commence et on se laisse embarquer dans cette histoire fantastique aux dessins majestueux !

TARDI, Jacques/ Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB T. 1

Casterman, 2012 - 2014

Avec cet album, Jacques Tardi développe un projet personnel : en mettant en images l’histoire de son père, militaire de carrière affecté à la conduite d'un char. René Tardi est capturé en mai 1940, douze jours après les premières offensives, du côté de Péronne (Somme), non loin de là où son propre père avait été blessé pendant la Première Guerre mondiale. Jacques Tardi transpose en bande dessinée les carnets de son propre père, rédigés dans les années 80 sur des cahiers d’écolier, où celui-ci tient par le menu la chronique de sa jeunesse, en grande partie centrée sur ses années de guerre et de captivité en Allemagne. Après avoir, comme on le sait, énormément travaillé sur la guerre de 14 – 18, c’est la première fois que Tardi se penche d’aussi près sur la période de la Seconde Guerre mondiale. Ce faisant,Tardi explore rien moins que les racines, les origines et les ressorts de sa propre vie. Ce « roman familial » prend des accents d’autant plus intimes que Tardi a associé au projet deux de ses propres enfants, Rachel (qui assure la mise en couleur) et Oscar (documentation et recherches iconographiques). L’originalité dans ce récit, tient du fait de l’intrusion de Tardi fils, - béret, culotte courte - qui interpelle, commente, discute avec son père, critique ses propos et quand Jacques parle de tank son père lui rétorque « on ne dit pas un tank, mais un char » et Jacques de lui rétorquer« ça tu l’as déjà dit !. Les dessins en noir et blanc sont très réalistes et restitue très bien l’ambiance de ces moments tragiques que sont la guerre et la vie dans un camp de prisonniers. Un Tardi au sommet de son art.

À lire également : Moi, René Tardi prisonnier au stalag IIB tome 2 - Mon retour en France, Casterman, 2014

TETTAMANTI, Antonio/ Les Aventures de Huckleberry Finn

Gallimard (Fétiche), 2011 d’après l’œuvre de Mark Twain
trad. de l’italien par Diane Ménard
illustrations de Lorenzo Mattotti

 Après avoir vécu de nombreuses aventures avec Tom Sawyer, Huckleberry Finn s'est constitué un petit pécule qui attire l'attention de son père, une brute avinée. Huck s'enfuit pour éviter le pire, et son chemin croise celui de Jim, esclave en fuite. Tous deux vont descendre le Mississipi du XIXe siècle et leur histoire est un hymne à la liberté. La dynamique du dessin, les couleurs, le format de l’album contribuent à la réussite de cette adaptation du grand Mark Twain.

VAN HAMME, Jean/ Les Maîtres de l’orge T.1 Charles, 1854

Glénat, 1992
Série en 8 volumes 1992-1999
ill. de Francis Vallès

 Le scénario de Jean Van Hamme nous conte cette saga familiale belge les Steenfort, brasseurs de bière de 1854 à 1997 dans la petite ville de Dorp. Tous les standards des sagas sont présents : amour et jalousie, trahison, crimes…On apprend aussi beaucoup sur l’industrie de la bière. Série très plaisante par le sujet traité inédit. Jean Van Hamme nous aide à nous y retrouver parmi les nombreux personnages grâce à l’arbre généalogique de la famille Steenfort.