26. janv., 2017

Cosey remporte le Grand Prix de la ville d'Angoulême 2017

Ravie que Cosey remporte ce prix. J'ai particulièrement aimé la série Jonathan que je suivais au fil des parutions d'albums, sans oublier ses autres histoires. Un grand de la BD ! Retrouvez-le dans l'onglet BD. mg

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’auteur de la série Jonathan a reçu la prestigieuse distinction lors de l'ouverture du 44e Festival de la BD d'Angoulême.

L'auteur suisse Cosey a reçu, le 25 janvier, dans le cadre du lancement de la 44e édition du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, le Grand Prix de la ville. Il succède à l'auteur belge Hermann. 
 
Né en 1950 à Lausanne (Suisse), Cosey, de son vrai nom Bernard Cosendray, a été graphiste dans une agence de publicité avant de se tourner vers la bande dessinée. En 1969, alors qu’un de ses dessins arrive à la troisième place d’un concours de couverture de Spirou, il devient l’élève de l’auteur Claude de Ribaupierre, alias Derib.
 
Un auteur "marquant et discret"

Après des collaborations pour le quotidien suisse 24 heures ou encore Le soir jeunesse en Belgique, il créé, en 1975, le personnage de Jonathan, aventurier et hippie, publié dans Le journal de Tintin. Il donne naissance à une série éponyme, publiée au Lombard deux ans plus tard, dont les 16 albums rencontrent un vif succès. Cosey remporte notamment le prix Alfred du meilleur album au festival d’Angoulême, en 1982, pour Kate, le 7e tome de Jonathan. Le 15e volet des aventures de son héros, Atsuko, a donné lieu à un avant-portrait de cet auteur "marquant et discret" dans Livres Hebdo n°883. "Quelqu'un qui travaille pendant "des heures quasi bureaucratiques" et a besoin d'au moins un an et demi pour chaque album" ajoutait alors Alexandre Fillon. Il nourrit constamment ses albums de ses voyages, de ses lectures et de ses réflexions tout en explorant la représentation graphique du vide et l'écriture du non-dit, influencé par Hugo Pratt pour les silences, mais aussi les grands maîtres de la peinture moderne et son goût pour l'orientalisme.

Dans une interview à Télémoustique en 1996, Franquin expliquait à propos de l'auteur suisse: "On peut faire en bande dessinée des choses qui aient la valeur d'un roman, comme chez le dessinateur suisse Cosey qui exprime des sentiments d'une finesse, d'une délicatesse qu'on trouverait dans la toute bonne littérature. J'avais été vraiment ému parce que en lisant je me suis dit que c'était la preuve que la bande dessinée pouvait aller loin."

Une œuvre variée

Chez Dupuis, dans la collection "Aire libre", il publie plusieurs œuvres comme Le voyage en ItalieOrchideaSaïgon-Hanoï, qui est récompensé du prix Alph-Art de la meilleure histoire en 1992 à Angoulême, Joyeux Noël, May!Une maison de Frank L. Wright ou encore Le Bouddha d'Azur.
 
Récipiendaire du prix Saint-Michel Avenir en 1976 puis du Grand Prix Saint-Michel en 1979, il a glané de nombreuses récompenses au fil de ses 40 ans de carrière, notamment le Prix Max et Moritz pour son diptyque A la recherche de Peter Pan (Le Lombard, 1984-1985), considéré comme son chef-d'œuvre, le prix des libraires de bande dessinée pour Voyage en Italie, et le Prix Grand Boum Ville de Blois pour l'ensemble de son œuvre au festival bd Boum 2012.

L'an dernier, il a participé à la collection Disney by Glénat avec Une mystérieuse mélodie ou Comment Mickey rencontra Minnie. Le 9 juin prochain, le Lombard publiera Jonathan: intégrale, vol. 6.
Cécilia Lacour pour LIVRE-HEBDO, 25 janvier 2017 
 
Portrait de Cosey babelio.com
 

Voici le palmarès :
  • Prix du meilleur album Fauve d’Or à Paysage après la bataille d'Eric Lambé et Philippe de Pierpont (Actes Sud / Frémok). Le duo succède àIci de Richard McGuire (Gallimard). C'est seulement la deuxième fois qu'Actes Sud remporte ce prix prestigieux, après Notes pour une histoire de guerre de Gipi en 2006.
  • Prix spécial du jury : Ce qu'il faut de terre à l'homme de Martin Veyron (Dargaud).
  • Prix de la série : Chiisakobé t.4 de Minetarô Mochizuki (Le Lézard noir) qui a par ailleurs reçu le prix Asie ACBD en juillet.
  • Prix Révélation : Mauvaises filles d'Ancco (Cornelius)
  • Prix du patrimoine : Le club des divorcés t.2 de Kazuo Kamimura (Kana), dont l'oeuvre était présentée lors d'une superbe exposition lors du festival.
  • Prix du public Cultura : L'homme qui tua Lucky Luke de Matthieu Bonhomme (Lucky Comics / Dargaud), que les lycéens avaient déjà couronné jeudi 26 janvier, dans les prix Découvertes.
  • Fauve polar SNCF : L'été diabolik d'Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen (Dargaud), déjà lauréat du prix BD Fnac.
  • Fauve jeunesse : La jeunesse de Mickey de Tebo (Glénat)
  • Prix de la bande dessinée alternative : Biscoto, édité par L'Association Biscoto Editions                                                                                                             Anne-Laure Walter pour LIVRE-HEBDO, 28 janvier 2017